Résultats des élections européennes !

La liste du RN prend la première place avec 23,31 % des suffrages exprimés. En deuxième, la liste Renaissance avec 205.213 voix de moins. Chacune de ses listes obtiendra 23 sièges après la sortie du Royaume Uni de l’Union Europe. Moins attendue, pour la troisième place, la liste Europe Écologique remporte 13 sièges au Parlement Européen. Seules trois autres listes obtiendront des députés européens : Union Droite Centre (8), La France Insoumise (6) et Envie d’Europe (8).

Dans les grandes villes la liste Renaissance arrive le plus souvent en tête (Paris : 32,92 % ; Lyon 28,76 % ; Bordeaux 29,47 %), en revanche dans les territoires ruraux la liste du Rassemblement National domine largement les autres partis.

La troisième liste quant à elle a pu bénéficier de l’aspiration des électeurs venus du parti de la majorité présidentielle et du parti Les Républicains.

50,12 % des inscrits se sont déplacés lors des élections européennes.

Quels enseignements tirer du vote des ruraux des élections Européennes ?

Les habitants des territoires ruraux votent massivement pour le Rassemblement National. Ces oubliés de la république manifestent leur mécontentement en utilisant leur bulletin de vote. Il est certain que l’augmentation des prix du carburant, la mesure des 80, la désertification médicale, la disparition des services publics de proximité orientent leur choix.

Paris n’est pas la France ! Les électeurs aisés des grands centres villes utilisant les transports en commun peuvent soutenir la majorité présidentielle ou afficher des ambitions écologiques. Les français des zones rurales s’inquiètent plus de comment finir leurs fins de mois, notamment avec la hausse du prix des carburants. L’entretien de leur véhicule diesel leur permettant d’aller chaque matin travailler passe avant l’éventuel achat d’un véhicule électrique très cher à l’achat et ne répondant pas à tous leurs besoins.

Il convient également de souligner le mécontentement actuel des enseignants face à plusieurs réformes. Les fonctionnaires grands oubliés dans les mesures prises par le gouvernement et inquiets par le projet de loi sur la transformation de la fonction publique peuvent avoir aussi exprimé leur mécontentement à travers ces élections.

Si le parti majoritaire ne réagit pas rapidement, il risque de voir s’éroder encore un peu plus son socle électoral. Il appartient au gouvernement de n’oublier aucun français.

Jody Horcholle

Jody Horcholle

Diplômé de l’Institut d’Administration des Entreprises de l’Université de Rouen après une double formation en Économie Gestion et Droit. Je suis actuellement enseignant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 + 20 =